Trouver un prestataire
Avez-vous besoin d'un contrat d'assurance ?
Découvrez comment trouver un professionnel de santé avec MSH
Déjà membre ?
Connectez-vous pour trouver un professionnel de santé
Equipe commerciale
Service gestion
Équipe commerciale individuels
De 9h00 à 18h00 (CET)
Nous contacter par e-mail
Équipe commerciale entreprises
De 9h00 à 18h00 (CET)
Nous contacter par e-mail
Accès rapide
Remboursements médicaux
Remboursements médicaux
Les frais de traitement liés au coronavirus COVID-19 sont-ils pris en charge intégralement dans le cadre du contrat Santé ? Existe-t-il des limites de remboursement ?


Les frais de traitements liés au coronavirus COVID-19 sont pris en charge au même titre que toute pathologie médicale, que ce soit pour les consultations, les frais de laboratoires, les frais d'imagerie médicale voire dans le cadre d'une hospitalisation. Le pourcentage de remboursement et, le cas échéant, les limites de remboursement sont ceux définis dans les garanties du contrat Santé.
Au titre de mon contrat Santé, le coronavirus COVID-19 est-il considéré comme une maladie inopinée ?


Le coronavirus COVID-19 est effectivement considéré comme une maladie inopinée, au titre de votre contrat santé. 
Le test de dépistage du coronavirus COVID-19 est-il couvert au titre du contrat Santé ? Dans l'affirmative, quels sont alors les justificatifs demandés ?


Le test de dépistage du coronavirus COVID-19 est pris en charge, lorsqu'il est prescrit médicalement et médicalement nécessaire, conformément aux normes légales et à la réglementation de l’Organisation Mondiale de la Santé et des gouvernements locaux.



Pour en obtenir le remboursement, merci de nous adresser la prescription médicale accompagnée d’une facture précisant la date de réalisation du test et le montant correspondant.
Est-ce que les dépenses de prévention habituellement non prises en charge par la Sécurité sociale (masque de protection, gants, gel hydroalcoolique…) sont couvertes au titre de mon contrat ?


Les dépenses de prévention habituellement non prises en charge par la Sécurité Sociale (masques de protection, gants, gel hydro-alcoolique…)  ne sont pas couvertes au titre de votre contrat frais de santé dans le cadre de la pandémie de coronavirus COVID-19, sauf si elles sont prescrites pendant un séjour en hospitalisation.
Si je suis assuré au titre d'un contrat Santé et que je suis atteint du coronavirus COVID-19, comment dois-je en avertir MSH International ?


Les procédures habituelles s’appliquent tant pour les demandes de prises en charge que pour les remboursements. Le diagnostic de coronavirus COVID-19 est à renseigner pour les demandes de prises en charge et nous conseillons également de le renseigner lors des demandes de remboursement.
Des frais médicaux liés au coronavirus COVID-19 sont-ils remboursés lors d'un séjour dans un pays tiers (non couvert par le contrat) ?


Nous vous recommandons pour cela de vous reporter aux conditions générales de votre contrat « frais de santé ». En effet, la majeure partie d'entre eux prévoient la prise en charge des soins en cas d'urgence ou de maladie inopinée, lors d'un déplacement dans un pays tiers (c'est à dire non habituellement couvert par le contrat), pour une durée limitée en jours dans l'année, qui peut varier d'un assureur à l'autre.
Recommandations générales MSH
Quelle organisation spécifique MSH a-t-elle mise en place pour faire face à la pandémie de coronavirus COVID-19 sévissant actuellement ?


Pour faire face à la situation inédite créée par la propagation du coronavirus COVID-19, notre groupe assure la continuité de l'ensemble de ses activités et a mis en place depuis plusieurs jours le télétravail intégral ainsi que des outils de communication collaboratifs. 



Compte tenu des décisions récentes prises par les autorités publiques pour lutter contre la propagation de ce virus, tous nos collaborateurs travaillent désormais à distance et ce, jusqu’à nouvel ordre.



Toutes nos réunions de travail se tiennent uniquement à distance. Les accès à nos locaux sont restreints aux seuls salariés autorisés.

 

Nos systèmes d’information et notre socle informatique en particulier ont démontré leur robustesse pour sécuriser nos échanges et nos relations commerciales et administratives.

 

Dans ce contexte particulier et évolutif, vos correspondants habituels restent connectés et joignables aux numéros et adresses e-mail que vous connaissez pour continuer de vous apporter la qualité de service maximale.



Soyez certains que nous sommes mobilisés pour poursuivre notre activité et nos services dans ces circonstances exceptionnelles.
Quelle est la procédure à suivre si vous (ou un membre de votre famille) présentez des symptômes du coronavirus COVID-19 ? Devez-vous appeler la société d'assistance rapatriement du contrat ? Ou contacter votre centre de gestion de MSH International ?
 

  • La première chose à faire est de se conformer strictement aux recommandations médicales définies par le pays où réside l'expatrié sur le coronavirus COVID-19  et d'appeler un médecin / ou un hôpital local si l'expatrié ou un membre de sa famille présente des symptômes avérés.

  • La deuxième option consiste à activer le service de télémédecine directement accessible depuis son Espace Assuré MSH (ou Previnter), dans la section « Votre santé / Téléconsultation médicale ».

  • La société d’assistance rapatriement du contrat peut être contactée pour toute(s) question(s) médicale(s), qui n’aurai(en)t pas déjà été traitée(s) par les ‘hotlines’ des autorités de santé locales, qu’il s’agisse ou non d’une urgence. Elle déterminera les mesures qu’il convient de prendre.


MSH International peut être contactée pour obtenir des informations sur les prestataires médicaux (veuillez vous référer dans la FAQ à la question spécialement dédiée à ce sujet d'accès aux prestataires médicaux), des informations sur les démarches administratives telles que l'obtention d'une lettre de garantie d'admission à l'hôpital, le niveau de couverture du plan.
Assistance - rapatriement
Quels sont les critères pour décider d'une évacuation médicale ? Qui décide : MSH International ou la société d'assistance rapatriement du contrat ?


L'évacuation médicale est décidée lorsque la condition médicale de l'assuré présente un risque mortel, dans un pays qui n'est pas en mesure de traiter correctement le patient. S'agissant du COVID-19, il peut s'agir - par exemple - d'une difficulté respiratoire sévère, dans un pays n'étant pas correctement équipé en unités de soins intensifs. La décision d'évacuation est prise par la société d'assistance rapatriement du contrat, en concertation avec MSH.
Quelle est la procédure à suivre si vous (ou un membre de votre famille) est atteint du coronavirus COVID-19 et doit être hospitalisé dans un pays où le système médical n'est pas satisfaisant ou pas à même de vous traiter ?
 

  • Tout d'abord, veuillez vérifier qu'une instruction médicale a bien été donnée pour vous rendre à l'hôpital, car - dans la plupart des cas - il est recommandé aux personnes infectées de rester à la maison, quand elles ne souffrent que de la version "atténuée" la plus courante du coronavirus COVID-19. Vous devez éviter de vous rendre à l'hôpital de votre propre initiative et devez auparavant vérifier les recommandations médicales locales de votre pays de résidence.

  • En cas d'urgence, nous vous conseillons d'appeler la société d'assistance rapatriement du contrat. MSH International peut être contactée pour des informations sur les prestataires médicaux (veuillez vous référer dans la FAQ à la question spécialement dédiée à ce sujet d'accès aux prestataires médicaux), des informations sur les démarches administratives telles que l'obtention d'une lettre de garantie d'admission à l'hôpital, le niveau de couverture du plan.

Quelle est la procédure à suivre si vous (ou l’un des membres de votre famille) êtes expatrié dans un pays à haut risque, avec un ou des souci(s) de santé déjà présent(s), et que vous contractez la maladie ? Une évacuation médicale est-elle alors envisagé


Il est recommandé à tout assuré présentant une affection sous-jacente à risque (affection pulmonaire, affection cardio-vasculaire…) résidant dans un pays « à haut risque » de quitter celui-ci dans les plus brefs délais. Cependant, les dépenses de voyage ne seront pas couvertes au titre des prestations d'assistance rapatriement car les évacuations médicales «préventives» ne sont pas couvertes par le contrat d’assistance rapatriement  (veuillez vous référer à l'autre question sur ce sujet au sein de la FAQ).
Si vous (ou un membre de votre famille) êtes admis à l’hôpital et que vous ne maîtrisez pas la langue locale, de quel support linguistique pouvez-vous bénéficiez afin de comprendre (et d’être compris par) un professionnel de santé sur place ?


La société d’assistance rapatriement de votre contrat peut – au cas par cas – servir d’intermédiaire par téléphone entre vous et un médecin local, afin de vous aider à mieux comprendre son diagnostic et à échanger plus facilement avec lui/elle. La société d’assistance rapatriement fera tout son possible pour vous apporter ce service, sans garantie de réussite dans le contexte actuel.

A défaut, ce service peut aussi potentiellement être proposé au titre du service de téléconsultation médicale de votre contrat, ou même par MSH International, toujours au cas par cas.
Une évacuation médicale est-elle envisageable si vous (ou un membre de votre famille) êtes expatrié(e) dans un pays avec un risque médical élevé avec un souci de santé préexistant, sans être atteint du COVID 19 ?



Dans ce cas de figure, la société d’assistance rapatriement de votre contrat ne couvre pas les frais d’évacuation médicale, puisqu’il ne s’agit pas ici d’une urgence médicale.

Néanmoins, si vous avez été envoyé(e) en mission par votre entreprise ou par tout entité gouvernementale ou supra-nationale, celle-ci peut décider d’organiser – à ses frais – le rapatriement de ses salariés, avec le concours pour cela d’une société d’assistance rapatriement, à condition que celle-ci en ait la capacité (du fait de restrictions de vols, de fermetures de frontières, de pénurie de personnel naviguant…).

Comment se coordonnent la société d’assistance rapatriement et MSH si vous devez être rapatrié médicalement ?


En cas d’urgence médicale, la société d’assistance rapatriement du contrat - disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 - doit être appelée en premier.

Elle évaluera alors - en plein accord avec les recommandations des autorités locales de santé et en coordination avec l’équipe médicale de MSH - le degré d’urgence médicale de la situation et décidera alors soit :

  • d’organiser votre rapatriement vers le pays offrant à la fois les meilleures options médicales à proximité et correspondant le mieux à vos souhaits,

  • de vous orienter vers le médecin local ou l’hôpital local de votre pays de résidence le mieux à même de vous soigner,

  • de vous orienter vers le service de téléconsultation médicale de MSH.



Dans tous les cas de figure, la société d’assistance rapatriement placera votre santé au-dessus de toutes autres considérations et fera tout son possible pour préserver votre intégrité physique.

En cas de plan majeur d’évacuation médicale, comment être certain que la société d’assistance rapatriement du contrat disposera des ressources suffisantes (en personnel administratif, en équipes médicales, en accès aux vols…) ?


Dans le cadre de la situation exceptionnelle créée par la pandémie du coronavirus COVID-19, la société d’assistance rapatriement du contrat a l’obligation de déployer toutes les ressources médicales, techniques, humaines dont elle dispose afin de porter assistance aux personnes assurées.

Ceci étant, en raison des restrictions de vols, des possibles fermetures de frontières voire de la pénurie de personnel navigant, elle ne pourra être tenue à une obligation de résultats. Tous ses efforts seront néanmoins concentrés sur la préservation de l’intégrité physique des personnes assurées et leur santé sera placée au-dessus de toutes autres considérations.

Merci de noter que la situation évolue chaque jour et que les pays prennent quotidiennement des mesures pouvant impacter les capacités de la société d’assistance rapatriement.
Quelles sont les recommandations si vous (ou un membre de votre famille) résidez dans un pays avec un risque de santé élevé, mais que vous n’êtes pas atteint par le COVID-19 ?



Nous vous recommandons de vous auto-confiner, de prévoir suffisamment de nourriture pour 2 semaines et de ne pas vous rendre dans les hôpitaux locaux si vous présentez des symptômes s’apparentant à ceux du COVID-19, mais de contacter plutôt par téléphone la société d’assistance rapatriement de votre contrat ou les autorités locales de santé de votre pays de résidence.

Gestion administrative du contrat
Gestion administrative du contrat
Dans le cadre d'une adhésion individuelle au contrat, puis-je obtenir l'annulation de mon contrat si je décide d'annuler mon séjour du fait du coronavirus COVID-19 ? Ou bien être remboursé si je rentre plus tôt que prévu ?


Face à cette crise sanitaire majeure qui sévit actuellement, nous avons décidé - exceptionnellement - d’assouplir les conditions contractuelles de nos contrats. 



Si vous avez souscrit un contrat d’assurance First’Expat ou Relais’Expat, nous vous proposons :

  • soit de reporter - à votre convenance et sans limite - la date de prise d’effet de vos garanties. Dès que la crise sanitaire sera derrière nous, il vous suffira de nous indiquer la nouvelle date de prise d’effet souhaitée pour votre contrat. Afin d’éviter d’inutiles opérations administratives, nous conservons - sauf indication contraire de votre part - le règlement de votre cotisation, qui  permettra d’honorer celle-ci, dès que la nouvelle date de prise d’effet sera connue.

    • soit d’annuler la prise d’effet de votre contrat. En conséquence, nous procéderons dans les meilleurs délais au remboursement de l’intégralité de la cotisation déjà versée en vue du règlement de votre contrat. Bien entendu, nous resterons à votre disposition, dès que la crise sanitaire sera derrière nous, pour remettre en place une solution de couverture adaptée à votre nouveau séjour à l’étranger.




Quelle que soit votre décision, merci de nous indiquer par retour d’e-mail - dans les plus brefs délais - l’option que vous souhaitez retenir et de nous préciser la date à laquelle vous (ou votre ayant-droit) êtes rentré(e) dans votre pays d’origine, en nous joignant une copie de votre billet d’avion de retour.

Si vous avez souscrit un contrat d’assurance Start’Expat, vous pouvez annuler la prise d’effet de votre contrat. En conséquence, nous procéderons dans les meilleurs délais au remboursement de l’intégralité de la cotisation déjà versée en vue du règlement de votre contrat. Bien entendu, nous resterons à votre disposition, dès que la crise sanitaire sera derrière nous, pour remettre en place une solution de couverture adaptée à votre nouveau séjour à l’étranger.
Réseau médical
Renseignements sur le réseau médical
Est-ce que MSH International dispose - pour chaque pays d'expatriation - d'une liste de cliniques ou d'hôpitaux particulièrement recommandés pour le traitement des maladies infectieuses telles que le coronavirus COVID-19 ?


Chaque pays a mis en place sa propre réponse à la pandémie. MSH a établi une liste d'hôpitaux recommandés* par chaque pays pour diagnostiquer et / ou traiter les patients atteints de Coronavirus COVID-19. Cette liste est régulièrement mise à jour au fur et à mesure de l'évolution de la situation et selon les informations fournies par les autorités locales des pays. Elle peut être communiquée sur demande pour la plupart des pays d'expatriation.

* Dans certains pays, l'assuré(e) peut ne pas avoir le choix de l'hôpital dans lequel il / elle devra être soigné(e) s'il / si elle souffre de la forme grave du Coronavirus COVID 19
Les mesures par pays
Quelles sont les mesures prises par les différents états du Monde pour faire face au COVID-19 ?
Quelles sont les mesures prises par les différents états du Monde pour faire face au COVID-19 ?
Quelles sont les restrictions de circulation aériennes mises en place pour face au COVID-19 ?


Toutes les informations sur les restrictions de circulation aériennes sont sur le site de l’International Air Transport Association (IATA)
Recommandations générales de santé
Informations générales sur l’épidémie COVID-19
Quelles sont les typologies de personnes les plus à risque de développer une forme grave d’infection au coronavirus COVID-19 ?


Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) considère que les personnes les plus à risque de développer une forme grave d’infection au COVID-19 sont les suivantes :

  • Les personnes âgées de 70 ans et plus (même si les patients entre 50 ans et 70 ans doivent être surveillés de façon plus rapprochée) ;

  • Les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;

  • Les malades atteints de cirrhose au stade B au moins ;

  • Les patients aux antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle, ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque ;

  • Les diabétiques insulinodépendants ou présentant des complications secondaires à leur pathologie (micro ou macro angiopathie) ;

  • Les insuffisants respiratoires chroniques sous oxygénothérapie ou asthme ou mucoviscidose ou toute pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;

  • Les femmes enceintes ;

  • Les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40kg/m2; : par analogie avec la grippe A(H1N1) ;

  • Les personnes avec une immunodépression : 

    • médicamenteuses : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive ; 

    • infection à VIH non contrôlé avec des CD4 < 200/mn3

    • consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souche hématopoïétiques ; 

    • atteint d’hémopathie maligne en cours de traitement ; 

    • présentant un cancer métastasé ;



Quels sont les symptômes les plus souvent associés au COVID-19 ?


La fièvre, la toux sèche, la fatigue, la production d'expectorations (l'expectoration est un mucus épais rejeté par les poumons), l'essoufflement, les douleurs musculaires ou articulaires (myalgie ou arthralgie), les maux de gorge, les maux de tête et les frissons ... sont les signes et symptômes les plus courants du COVID-19. Pour en savoir plus sur ce sujet :
Pourquoi assiste-t-on au développement de nouveaux cas dans des pays où le masque a pourtant été mis en place au tout début de la pandémie ?


Les masques ne sont qu'une des nombreuses mesures de prévention possibles et ne sauraient constituer que la seule parade. Les masques doivent être portés comme il convient, couvrant à la fois le nez et la bouche et recouvrant le menton. Une fois retirés, il doivent être changés.
Quelle niveau d’efficacité peuvent avoir les masques improvisés ou faits-main ?


Le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) a publié un article spécifique sur le sujet. Il est bien sûr avéré que les masques improvisés sont moins efficaces que les masques chirurgicaux commerciaux, mais ceux-ci semblent néanmoins susceptibles de diminuer l'exposition pour ceux qui les portent.
Le temps chaud est-il un facteur permettant d’empêcher la propagation du virus ?


Bien que l’on constate que les pays du sud présentent à ce stade moins de cas en général, il est très difficile de déterminer si la météo est le principal facteur pouvant expliquer cela. Dans ces pays, les politiques de confinement et de dépistage sont très différentes et, par conséquent, il est difficile de savoir dans quelle mesure le climat est la variable explicative de cette différence d'incidence de la maladie. Par ailleurs, l'Organisation Mondiale de la Santé a publié une mise en garde à ce sujet.



Qu'en est-il de la climatisation et de sa propension à diffuser le virus ?


Le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) aux États-Unis a publié une étude réalisée en Chine décrivant l’apparition d’un épidémie visiblement associée au débit d'air et à la climatisation. Pour le moment, nous n'avons pas suffisamment d'informations pour affirmer s'il s'agit d'une situation s’étant produite pour des raisons très spécifiques ou si un risque plus généralisable peut exister.
En cas d'infection, est-on censé présenter tous les symptômes mentionnés ou seulement quelque uns d’entre eux ou même seulement un seul d’entre eux ?


Dans la détection du COVID-19, les professionnels de santé sont confrontés à plusieurs problèmatiques :

  • Tous les patients ne présentent pas de symptômes. Certaines personnes sont positives au COVID-19 et ne présentent aucun symptôme,

  • Les symptômes décrits ne sont pas tous présents chez la même personne,

  • Les symptômes ne sont pas présents en même temps. Par exemple, quelqu'un peut tousser pendant quelques jours et avoir de la fièvre uniquement par la suite, alors que la toux n’est plus présente.


Les symptômes ne peuvent être considérés que comme des indices suggérant un diagnostic aux professionnels de la santé, dans la détermination de la probabilité d’infection par le COVID-19. Plus il y a de symptômes ou de facteurs de risque (par exemple, exposition à un personne atteinte ou à un environnement surpeuplé), plus le diagnostic devient probable.
Conseils pour le retour au travail
Nos conseils pour organiser le retour au travail
Pourquoi la mesure de la température est-elle une bonne pratique alors qu'elle ne donne qu'une indication à un moment donné ?


La température est une mesure intéressante, non pas tant quand elle est négative mais quand elle s’avère positive.



Si une personne n'a pas de température (absence de fièvre), nous ne savons pas si elle a ou non le COVID-19, mais avec toutes les autres mesures préventives en place, on peut supposer que la probabilité d'être infecté(e) est moindre.



Si une personne a de la température (fièvre), nous ne savons toujours pas si elle a le COVID-19, mais cela est plus probable que s'il n'y avait pas de fièvre. Ainsi, la température fournit simplement plus d'informations qui permettront à un employeur de recommander plus facilement une ligne de conduite à suivre, telle que conseiller de rester à la maison et / ou de faire des tests et / ou de se mettre en quarantaine.
Faut-il généraliser la mesure de température des salariés à l'entrée de l'entreprise ?


Dans certains cas, ce sujet sera traité par la réglementation locale. Si les réglementations locales ne l'exigent pas, les décisions de l'entreprise doivent toujours être prises dans le cadre des réglementations locales relatives à la protection de la vie privée des individus. Dans certains cas, les bénéfices pour la santé publique (dans le cas par exemple de déclarations « d'état d'urgence ») l'emporteront ou modifieront l'équilibre entre l'intérêt public et la vie privée.
Qu'en est-il du renforcement de l'immunité de groupe ?


L'immunité de groupe est atteinte lorsqu'au moins 60% / 70% de la population est immunisée (naturellement ou par immunisation). Malheureusement, en raison de la virulence du COVID-19, le fait de viser l'immunité de groupe à ce stade (c’est-à-dire avant qu'un vaccin ne soit disponible) implique qu'un nombre très important de personnes soient hospitalisées et / ou meurent au cours de ce processus. Tant qu'un vaccin efficace reste hors de portée, l'immunité de groupe ne peut être atteinte sans nuire de manière inacceptable à la société (et à certains employés de l’entreprise).
Recommandez-vous à tous les employés de porter des gants jetables au bureau ?


Le port de gants peut présenter un intérêt si les salariés sont régulièrement amenés à manipuler de nombreux objets en provenance de l'extérieur de l'entreprise (par exemple, dans le cas d’une plate-forme logistique ou d’ouverture de courrier, etc.). Pour les salariés qui travaillent dans le secteur administratif, se laver régulièrement les mains (par exemple toutes les heures) et utiliser son propre clavier, etc. (et ne pas toucher le visage) devrait suffire. De plus, l’utilisation de gants n’empêche pas la personne de toucher son propre visage et d’être ainsi contaminée.
Dès lors qu'il sera de nouveau possible de voyager à l’étranger, sera-t-il toujours recommandé d'éviter de voyager pour affaires et de privilégier autant que possible la visioconférence ?


Oui. La diffusion de la maladie étant variable d'un pays à l'autre, tout voyage dans une destination où la propagation du virus restera plus élevée que dans le pays d’origine entraînera un risque pour le voyageur de tomber malade à l’étranger, voire d’être astreint à une mise en quarantaine au moment du retour dans le pays d'origine, afin d’empêcher tout risque de transmission. Des réflexions similaires sont à prendre en compte pour évaluer tous déplacements entre villes et/ou régions d'un pays donné.
D’un point de vue pratique, comment adapter le poste de travail pour le retour au travail ?


Les postes de travail doivent être disposés de manière à permettre une distance d'au moins 1 mètre entre les salariés, et idéalement plus. Cette recommandation doit être adaptée en fonction du lieu d’exercice de l’activité professionnelle : dans une usine ou dans des services administratifs par exemple. Chaque salarié doit disposer d'un équipement individuel (clavier, souris, etc.). Les bureaux doivent être nettoyés régulièrement et ne doivent être utilisés que par une seule personne. Pour en savoir plus sur ce sujet :



Organisation Mondiale de la Santé : Fiche d’information « Comment préparer le lieu de travail pour le COVID-19 ? »
Pour les entreprises dont l'activité le permet, recommandez-vous la poursuite du télétravail au-delà des dates officielles fixées par les gouvernements ?


Oui. Afin de minimiser le nombre de personnes potentiellement exposées au virus en utilisant les transports en commun, il est conseillé de prolonger le télétravail au-delà de ces dates officielles. Il est également important d'être attentif aux différentes personnalités présentes dans l’entreprise et d'adapter les mesures prises en fonction de celles-ci. Une évaluation individuelle des risques et des bénéfices (dépression, démotivation vs productivité, diminution du risque d'exposition au virus) doit être conduite afin de définir les groupes de personnes qui seront prioritaires pour retourner physiquement au bureau.
Faut-il privilégier un retour progressif dans l'entreprise des salariés par sous-catégories, en fonction de leur capacité relative à télé-travailler ?


Un retour échelonné des salariés au travail est souhaitable. En effet, tous les employés ne devraient pas revenir en même temps. Même si le pourcentage de salariés de retour au travail augmente progressivement, ayez bien en tête que ce processus peut être interrompu. Ainsi, en fonction de l’évolution de la situation générale dans le pays, il peut être nécessaire que les employés « retournent à la maison » pour télé-travailler. Ce devrait être un processus dynamique. Ainsi, il convient de hiérarchiser par sous-catégories le retour au travail des salariés et les décisions prises à un instant donné devront être flexibles dans le temps.
Est-il souhaitable de demander aux salariés et aux membres de leur famille de se soumettre préventivement à des tests de dépistage du COVID-19 ?


Non. Les tests ne sont actuellement pas très utiles dans le cadre de ce type de situation. Le test à un instant donné ne remplacera pas les mesures préventives à prendre, car l'infection peut tout aussi bien se produire après le test. Pour les personnes présentant déjà des anticorps (détectés grâce aux nouveaux « tests sérologiques »), on ne sait toujours pas combien d'anticorps sont nécessaires pour être protégé, ni pour combien de temps cette protection sera effective.
L'employeur a-t-il l'obligation de fournir des masques à ses salariés ?


Le terme obligation renvoie à une législation spécifique en la matière. Un employeur est obligé de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger ses salariés. Mais si, par exemple, il y a une pénurie nationale de masques, l'employeur ne peut pas être tenu responsable de cette pénurie de masques. Par conséquent, en raison d'une forte disparité dans la capacité effective des employeurs à mettre en œuvre une telle mesure, il est peu probable qu'une telle obligation s’impose dans les faits.